Voir la démo×
×

Voir NinjaOne en action !

En soumettant ce formulaire, j'accepte la politique de confidentialité de NinjaOne.

Guide complet des sauvegardes différentielles

documentation informatique NinjaOne

Guide complet des sauvegardes différentielles: La continuité et la sécurité des activités sont des priorités absolues pour les professionnels de l’informatique. Parallèlement aux outils de protection des données, la sauvegarde des données joue un rôle important dans le fonctionnement d’une organisation. Les outils et les méthodes de sauvegarde et de restauration ne manquent pas, mais la surabondance d’options peut rendre difficile le choix de l’outil d’opérations de sauvegarde le plus efficace et le plus performant.

Dans cet article, nous allons explorer les différents types de sauvegarde en nous concentrant spécifiquement sur les sauvegardes différentielles, afin que vous puissiez prendre des décisions plus éclairées sur vos propres solutions de sauvegarde.

Ce que cet article va couvrir :

  • Qu’est-ce qu’une sauvegarde différentielle ?
  • Ce que fait une sauvegarde différentielle pendant une sauvegarde
  • Quels sont les autres types de sauvegarde des données et comment fonctionnent-ils ?
  • Comment choisir la meilleure sauvegarde pour votre cas d’utilisation ?

La protection des données ne peut être obtenue sans la mise en place d’un type de sauvegarde. Même les couches de cybersécurité les plus complètes ne peuvent assurer la sécurité d’une organisation sans un moyen de sauvegarder et de restaurer les fichiers importants. Il y a longtemps, la sauvegarde et la récupération étaient un processus manuel, mais les applications modernes réduisent la complexité de cette tâche en automatisant et en rationalisant les sauvegardes. Cela dit, il n’existe pas de type de sauvegarde unique, et certainement pas de méthode de sauvegarde parfaite pour tous les besoins.

Les types d’opérations de sauvegarde disponibles ont évolué progressivement au fil des ans pour offrir différents équilibres en matière de sécurité et d’utilisation des ressources. Les types de sauvegarde les plus courants sont la sauvegarde complète, la sauvegarde incrémentielle et la sauvegarde différentielle, les sauvegardes complètes synthétiques et la mise en miroir étant des options moins utilisées.

Les responsables informatiques modernes doivent également choisir entre des solutions de sauvegarde sur le cloud, sur site ou hybrides. Le type de sauvegarde doit correspondre à la méthode choisie, car certaines s’adaptent mieux que d’autres. Par exemple, les sauvegardes incrémentielles sont généralement mieux adaptées aux sauvegardes sur le cloud car elles utilisent moins de ressources. La sauvegarde miroir est généralement utilisée sur place et implique souvent des disques durs ou des disques externes.

Examinons de plus près les différents types de sauvegarde disponibles :

Sauvegardes complètes

Il s’agit du type d’opération de sauvegarde le plus simple et le plus complet. Comme vous pouvez vous y attendre, une sauvegarde complète fait une copie de toutes les données et les enregistre sur un dispositif de stockage tel qu’un disque ou un lecteur amovible. Le problème des sauvegardes complètes est qu’elles sont beaucoup plus longues à réaliser que les autres types de sauvegardes et qu’elles nécessitent le plus d’espace de stockage (et éventuellement l’achat de supports ou de disques durs). Cependant, la sauvegarde complète présente des avantages essentiels qui la rendent viable. Des sauvegardes complètes régulières signifient que des copies complètes de toutes les données sont disponibles avec un seul jeu de supports. Comme les données sauvegardées sont organisées et complètes, le temps nécessaire pour restaurer les données – une mesure connue sous le nom de RTO (Recovery Time Objective) – est considérablement réduit.

Comme les sauvegardes complètes demandent beaucoup de temps et de ressources, elles ne sont généralement exécutées que périodiquement, à moins que l’organisation n’ait qu’une très petite quantité de données à protéger. Ces sauvegardes complètes périodiques sont ensuite souvent complétées par des sauvegardes incrémentielles ou différentielles.

Sauvegardes incrémentielles

Une sauvegarde incrémentale consiste à copier uniquement les données qui ont changé depuis la dernière opération de sauvegarde. En termes simples, l’opération de sauvegarde incrémentielle suppose que les fichiers et données inchangés n’ont pas besoin d’être copiés à nouveau, et se concentre uniquement sur ceux dont l’horodatage a changé depuis la dernière sauvegarde.

Étant donné qu’une sauvegarde incrémentielle ne copie que les données qui ont été modifiées, une entreprise peut l’exécuter aussi souvent qu’elle le souhaite tout en maintenant une faible utilisation des ressources. Les sauvegardes incrémentielles sauvegardent de plus petites quantités de données qu’une sauvegarde complète, et ont donc une vitesse de sauvegarde plus rapide et une moindre demande d’espace de stockage.

Sauvegardes miroir

Une sauvegarde miroir est comparable à une sauvegarde complète. La différence essentielle est que les données sources sont essentiellement « clonées » dans leur état actuel et qu’aucune version antérieure des données n’est sauvegardée. Comme les sauvegardes miroir copient les données exactement telles qu’elles existent sur le périphérique source (structure des fichiers, applications, etc.), elles peuvent offrir l’un des temps de récupération les plus courts. Les fichiers individuels sauvegardés peuvent également être retrouvés facilement, car les données sont cataloguées exactement de la même manière que sur le périphérique source.

Les sauvegardes miroir ont toutefois des inconvénients. La plus évidente est sans doute l’espace nécessaire. Si l’opération de sauvegarde consiste à cloner le dispositif ou le système de fichiers source, le besoin de stockage de sauvegarde sera essentiellement le double du besoin de stockage opérationnel.

Il convient également de noter que la perte de versions précédentes des données source peut être risquée, car toute corruption ou infiltration sur la source sera reportée dans la sauvegarde à chaque fois que l’opération de sauvegarde est exécutée.

Vous êtes probablement déjà familiarisé avec un type spécifique de miroir appelé miroir de disque, également connu sous le nom de RAID 1. Ce processus réplique les données sur deux disques ou plus et est souvent mis en place dans les ordinateurs de bureau utilisant deux disques durs pour la redondance plutôt que pour les performances. La mise en miroir de disques est idéale dans les cas d’utilisation où la disponibilité des données est prioritaire en raison de son temps de récupération rapide. La mise en miroir de disques nécessite au moins deux disques physiques, ce qui est à la fois un fardeau et un avantage. Si l’un de ces disques durs tombe en panne, l’autre offre une capacité de basculement immédiat, ce qui en fait un outil idéal pour la reprise après sinistre. Néanmoins, la charge devient sensible si de nombreux lecteurs de sauvegarde doivent être achetés et entretenus.

Sauvegardes différentielles

Qu’est-ce qu’une sauvegarde différentielle ?
Les sauvegardes différentielles sont notre principal sujet de discussion. Parce qu’elles partagent des points clés avec les autres types de sauvegarde, les sauvegardes différentielles offrent un bon compromis entre les options les plus extrêmes.

Une sauvegarde différentielle est similaire à une sauvegarde incrémentale lors de son exécution initiale; elle commence par copier toutes les données modifiées depuis la sauvegarde précédente. Contrairement à une sauvegarde incrémentielle, elle continuera à copier toutes les données modifiées depuis la précédente sauvegarde complète. Cela signifie que les sauvegardes différentielles stockent plus de données sauvegardées qu’une sauvegarde incrémentielle à chaque opération ultérieure, mais toujours beaucoup moins qu’une sauvegarde complète. Au total, l’espace et le temps requis pour les sauvegardes différentielles se situent quelque part entre les sauvegardes incrémentielles et complètes.

Que fait une sauvegarde différentielle pendant le processus de sauvegarde ?

Chacun des processus de sauvegarde ci-dessus fonctionne différemment. En règle générale, une organisation doit exécuter une sauvegarde complète au moins une fois. Les véritables décisions entrent en jeu pour les sauvegardes ultérieures. Est-il préférable d’exécuter une autre sauvegarde complète, incrémentielle ou différentielle ?

La première sauvegarde partielle effectuée après la sauvegarde complète initiale sauvegardera les mêmes données, qu’elle soit incrémentielle ou différentielle.

La différence apparaît lors de la troisième opération de sauvegarde. Les données qui sont sauvegardées avec une incrémentielle sont limitées aux changements depuis la dernière incrémentielle, alors qu’une différentielle sauvegardera tous les changements depuis la première sauvegarde complète.

Le choix de la stratégie de sauvegarde optimale implique généralement de faire des compromis entre les performances, les niveaux de protection des données, la quantité totale de données conservées, le temps de récupération et le coût.

Comme nous l’avons vu, l’exécution d’une sauvegarde complète quotidienne nécessite le plus d’espace et prend le plus de temps, mais certaines organisations choisissent encore de suivre cette voie en raison des avantages qui y sont associés. Le nombre total de copies des données est plus élevé, et moins de supports sont nécessaires pour effectuer une opération de restauration. Les sauvegardes complètes ont tendance à avoir la meilleure résistance aux catastrophes et offrent le temps de restauration le plus rapide.

De plus en plus d’organisations choisissent d’effectuer une sauvegarde complète à une certaine fréquence, généralement hebdomadaire, et d’exécuter des sauvegardes incrémentielles quotidiennement. Cela rend moins de copies de données disponibles et le temps de restauration est le plus long car il faut restaurer plusieurs sauvegardes quotidiennes. Par exemple, si des données sont nécessaires à partir d’une sauvegarde effectuée le mercredi, toutes les sauvegardes incrémentielles remontant à la dernière sauvegarde complète, disons le dimanche, seront nécessaires. Dans le pire des cas, six jeux de données sauvegardées pourraient être nécessaires pour effectuer une restauration.

L’exécution d’une sauvegarde complète hebdomadaire et de sauvegardes différentielles quotidiennes constitue un bon compromis. Plus de jeux de supports de sauvegarde sont nécessaires pour la restauration qu’avec une politique quotidienne complète, mais moins qu’avec une politique quotidienne incrémentielle. Pour restaurer les données d’un jour donné, deux jeux de supports au maximum sont nécessaires, ce qui réduit le temps nécessaire à la restauration et les risques de problèmes liés à un jeu de sauvegarde illisible.

La Règle 3-2-1 des Sauvegardes

Nous recommandons de suivre la règle 3-2-1 des sauvegardes, qui exige trois copies des données sur deux supports différents, avec une copie hors site.

Choisir Le Bon Type De Sauvegarde

Pour les organisations disposant de petits ensembles de données, l’exécution d’une sauvegarde complète quotidienne est souvent la solution la plus évidente. La sauvegarde complète quotidienne offre un haut niveau de protection sans coût supplémentaire d’espace de stockage. Les grandes entreprises ou celles qui ont un volume de données ou de serveurs plus important choisissent rarement cette voie en raison des ressources et du temps nécessaires.

Ceux qui ont de grandes quantités de données exécutent généralement une sauvegarde complète hebdomadaire, associée à des sauvegardes incrémentielles quotidiennes ou à des sauvegardes différentielles. L’utilisation de la sauvegarde différentielle offre un niveau plus élevé de protection des données avec un temps de restauration plus court, sans nécessiter beaucoup plus d’espace de stockage. Une sauvegarde complète hebdomadaire avec des sauvegardes différentielles quotidiennes est une bonne option pour de nombreuses organisations car elle offre le meilleur des deux camps.

Quelle est la meilleure stratégie de sauvegarde à utiliser ? La véritable question que doivent se poser les responsables informatiques est de savoir quand utiliser chacune de ces options et comment les combiner pour atteindre les objectifs globaux de l’entreprise en matière de coûts, de performances et de temps de fonctionnement.

Il est également important de se rappeler que le but des sauvegardes n’est pas réellement de stocker des fichiers, mais de pouvoir les récupérer. Si les fichiers ne peuvent pas être restaurés après un incident, une suppression ou une cyberattaque, la sauvegarde n’a pas fait son travail. Il est donc tout aussi important de tester les sauvegardes que de les programmer.

L’ensemble du paysage informatique

Les sauvegardes sont un élément essentiel d’un plan complet de sécurité et de protection des données. Mais la continuité des activités et l’atténuation des risques ne sont qu’une partie du tableau d’ensemble en matière d’informatique. La grande question qui se pose souvent est la suivante : « Comment gérer tous ces appareils et solutions ? »

La perspective de gérer l’informatique sur de nombreux appareils, et peut-être même sur de nombreux sites, peut sembler insurmontable. C’est à ce moment-là que le plus grand atout de la gestion informatique entre en jeu :

Ninja Data Protection 

  • Sauvegarde d’Image Complète
  • Sauvegarde de Documents, de Fichiers et de Dossiers
  • Options de Stockage sur le Cloud, Local et Hybride
  • Une Restauration Rapide et Simple des fichiers
  • Restauration de Fichiers en Libre-Service pour l’Utilisateur Final
  • Restauration Bare Metal
  • Intégrée de façon transparente à NinjaOne et entièrement gérée via le tableau de bord RMM

     En savoir plus

 

Étapes suivantes

La création d'une équipe informatique efficace et performante nécessite une solution centralisée qui agit en tant qu'outil principal de prestation de services. NinjaOne permet aux équipes informatiques de surveiller, gérer, sécuriser et prendre en charge tous leurs appareils, où qu'ils se trouvent, sans avoir besoin d'une infrastructure complexe sur site.

Pour en savoir plus sur la NinjaOne Endpoint Management, proftez d'une démonstration, oud'un essai gratuit de la plateforme NinjaOne.

Vous pourriez aussi aimer

Prêt à devenir un Ninja de l’informatique ?

Découvrez comment NinjaOne peut vous aider à simplifier les opérations informatiques.

Termes et conditions NinjaOne

En cliquant sur le bouton « J’accepte » ci-dessous, vous indiquez que vous acceptez les termes juridiques suivants ainsi que nos conditions d’utilisation:

  • Droits de propriété: NinjaOne possède et continuera de posséder tous les droits, titres et intérêts relatifs au script (y compris les droits d’auteur). NinjaOne vous accorde une licence limitée pour l’utilisation du script conformément à ces conditions légales.
  • Limitation de l’utilisation: Les scripts ne peuvent être utilisés qu’à des fins personnelles ou professionnelles internes légitimes et ne peuvent être partagés avec d’autres entités.
  • Interdiction de publication: Vous n’êtes en aucun cas autorisé à publier le script dans une bibliothèque de scripts appartenant à, ou sous le contrôle d’un autre fournisseur de logiciels.
  • Clause de non-responsabilité: Le texte est fourni « tel quel » et « tel que disponible », sans garantie d’aucune sorte. NinjaOne ne promet ni ne garantit que le script sera exempt de défauts ou qu’il répondra à vos besoins ou attentes particulières.
  • Acceptation des risques: L’utilisation du script est sous votre propre responsabilité. Vous reconnaissez qu’il existe certains risques inhérents à l’utilisation du script, et vous comprenez et assumez chacun de ces risques.
  • Renonciation et exonération de responsabilité: Vous ne tiendrez pas NinjaOne pour responsable des conséquences négatives ou involontaires résultant de votre utilisation du script, et vous renoncez à tout droit ou recours légal ou équitable que vous pourriez avoir contre NinjaOne en rapport avec votre utilisation du script.
  • EULA: Si vous êtes un client de NinjaOne, votre utilisation du script est soumise au contrat de licence d’utilisateur final qui vous est applicable (End User License Agreement (EULA)).